Article

Le Gabon éliminé de la CAN 2015

C'est un authentique exploit: la modeste Guinée équatoriale s'est qualifiée pour les quarts de finale de la CAN-2015 en battant le Gabon d'Aubameyang (2-0), éliminé sans gloire, dimanche à Bata.

L'équipe locale devait absolument signer une première victoire après deux nuls pour atteindre les quarts, comme en 2012 lors de son unique précédente participation, déjà sur son sol (en coorganisation avec le... Gabon); chose faite, grâce à un penalty de Balboa (55e) et un but d'Edu Salvador (85e).

Le Gabon de son côté pouvait se contenter d'un nul pour passer, c'est manqué, et il accompagne dans l'opprobre l'autre favori de ce groupe A, le Burkina Faso, vice-champion d'Afrique, défait par le Congo dans le même temps à Ebebiyin (2-1).

C'est une grosse gifle pour les Panthères et leur capitaine Aubameyang, qui aura raté son tournoi avec un petit but au compteur et cette sortie de route prématurée.

Le Gabon a pourtant largement dominé pendant près d'une heure avec une avalanche d'occasions franches, faisant valoir la différence entre une équipe invaincue en qualifications et une sélection repêchée in extremis en tant que pays hôte de remplacement.

La rencontre a basculé sur un penalty: les Gabonais ont accusé le coup, moralement et physiquement, ce qui s'est traduit par du déchet technique, alors que les Rouges étaient portés par 35.000 personnes en délire, dans une ambiance incroyable.

Cendrillon
Les deux gardiens s'appelaient Ovono, mais c'est l'Equato-Guinéen de 21 ans évoluant dans un club local de Mongomo qui a brillé, sur une tête puissante d'Aubameyang (20e), une frappe excentrée de Bulot (29e) et des coups francs qui filaient vers la lucarne tirés par "Aubam" (47e) et Bulot (51e).

Les Panthères ont ainsi de nouveau péché dans la finition, comme face au Congo (0-1), et le duo Aubameyang-Bulot n'a guère été aidé par les autres joueurs offensifs, Evouna et Madinda, très discrets.

La mainmise gabonaise était d'abord seulement entrecoupée d'une poignée de contre-attaques adverses, comme sur l'énorme travail de Balboa au centre pour Bosio intercepté par Ecuele Manga (18e), avant de multiplier les situation chaudes, comme cette frappe du même Balboa repoussée par le gardien (77e).

Balboa était récompensé de son activité, parfois ingrate, en obtenant et transformant ce penalty. Ce joueur qui évolue à Estoril (Portugal) est décidément le héros de la nation: c'est déjà lui qui avait inscrit le but de la première victoire équato-guinéenne en CAN, lors du match d'ouverture de 2012.

"C'est le conte de Cendrillon, l'équipe pauvre bat l'équipe riche avec son propre mérite", s'est félicité Esteban Becker, le sélectionneur du Nzalang nacional, pour qui "être dans le top 8 africain, pour une nation aussi petite, est un honneur".

Avec FIFA.com

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam .